Géographies du corpus (1) : Bologne, au coeur du projet OPUSCOR-IT

La ville émilienne est centrale dans ce projet, en tant que foyer de production, de circulation et de conservation des opuscules médico-scientifiques étudiés.

Gravure tirée du Libro primo della deca seconda dell’Historie di Bologna di F. Leandro degli Alberti (plusieurs éd., Bologne, 1541 à 1590)

Un corpus disséminé à travers le monde

Distribution du corpus d’OPUSCOR-IT dans le monde: voir le billet du 24/01/2024 dans la section Bilans de ce carnet

Le corpus d’OPUSCOR-IT se caractérise par une géographie patrimoniale complexe. Il s’agit d’un corpus particulièrement éclaté, dont plusieurs exemplaires sont disséminés dans différents fonds à travers le monde (Europe, États-Unis, Afrique du Sud, Russie, etc.). Cette dispersion s’explique, en partie, par la nature même des supports, des petits livrets éphémères particulièrement faciles à transporter, qui, dès leur parution, ont largement circulé dans un vaste lectorat. Les chemins parcourus par ces livrets dans les circuits du collectionnisme ont parfois été particulièrement tortueux. Cela a pu provoquer la perte de nombreux exemplaires, car non conçus pour être conservés après leur usage, et la dispersion géographique des copies ayant survécu.

De certaines éditions on ne possède que peu d’exemplaires, de surcroit situés dans des fonds extrêmement éloignés1 ; d’autres exemplaires ont été dissimulés dans des recueils factices, ce qui a pu conduire à en ignorer longtemps l’existence2

On ne peut exclure que la dispersion de certains livrets soit due à des opérations peu transparentes au cours de leur longue histoire patrimoniale, comme en témoigne le cas d’autres documents qui, en raison de leur état matériel mince et léger, ont pu discrètement faire l’objet de prélèvements non autorisés, de reventes et d’acquisition désinvoltes (un exemple pour tous : les documents épistolaires3 ). D’autre part, l’instabilité administrative des institutions patrimoniales italiennes, notamment au cours des bouleversements politiques liés à l’unification du pays au XIXe siècle, a provoqué une certaine entropie dans les dynamiques de la conservation du patrimoine livresque et archivistique, ayant favorisé des phénomènes de dispersion4.

Ce corpus si fragmentaire n’est pas loin de rappeler les dynamiques propres aux split collections ou diasporic archives. Il existe, nous semble-t-il, des éléments d’affinités entre la dissémination des éphémères dans les circuits du collectionnisme et de la conservation patrimoniale et les dynamiques de dispersion propres à d’autres patrimoines documentaires, comme les archives diasporiques (familles, communautés, etc.) ou les archives privées des personnalités intellectuelles (la notion de Nachlass en allemand, à savoir l’héritage archivistique inédit – correspondances, annotations, journaux intimes, etc. – des personnalités intellectuelles) ; ou encore, la dissémination des collections de dessins (on songe, par exemple, au recueil de dessins réunis par Vasari, son célèbre Libro dei disegni, démembré et éparpillé dans plusieurs musées du monde)5.

Les coordonnées du corpus : des villes récurrentes comme lieux de conservation ou de production des opuscules

Des points focaux se distinguent néanmoins au sein de la géographie du corpus et nous fournissent des coordonnées pour mieux nous orienter dans ce réseau complexe . Il s’agit d’un certain nombre de villes, qui sont récurrentes et particulièrement significatives. Des villes se distinguent comme lieux de conservation, en vertu du grand nombre d’exemplaires conservés par leurs institutions patrimoniales : en Europe, hors d’Italie, on citera Paris (Bibliothèque Sainte-Geneviève, BIU Santé), Londres (British Library, Wellcome Library) et Séville (Biblioteca Colombina); aux États-Unis, Bethesda (National Library of Medicine) et Boston (Boston Médical Library). Il peut s’agir de villes où sont conservés peu d’exemplaires, voire un seul, mais particulièrement remarquables pour leur rareté ou leur valeur textuelle (en Italie, par exemple, la Fondazione Palazzo Coronini Cronberg de Gorizia). D’autres villes se distinguent non seulement sur le plan patrimonial, mais en tant que lieux de production des opuscules. Dans ce cas deux villes italiennes sont prédominantes : Venise, à laquelle nous consacrerons prochainement un nouveau billet sur ce carnet et qui est décidément le lieu de parution majoritaire de toutes les éditons de notre corpus6, et Bologne. La primauté de ces deux villes concerne d’ailleurs les deux niveaux, celui de la production et celui de la conservation patrimoniale des opuscules.

La place de Bologne au sein du corpus

Bologne, haut lieu de la conservation des opuscules

À Bologne sont conservés de nombreux opuscules du corpus et deux institutions patrimoniales se distinguent : la Biblioteca Universitaria de Bologne et la Biblioteca Comunale dell’Archiginnasio.

Salle de lecture historique de la Biblioteca Universitaria de Bologne (source : bologna.online)

Le Biblioteca Universitaria, conformément à la vocation scientifique de l’Istituto delle Scienze dont elle est née7, conserve des exemplaires notables dont, par exemple, l’une des trois précieuses copies de la plus ancienne édition du Cibaldone ou Hystoria Almansore philosopho. Imprimée sans doute à Venise par Gabriele di Pietro, selon toute probabilité entre 1472 et 1476, cette édition contient l’une des plus anciennes version de ce régime de santé anonyme en vers et en langue vénitienne qui serait tiré du troisième livre de l’Almansor de Razès (voir la notice ci-dessous ; il s’agit par ailleurs de l’édition la plus ancienne de tout le corpus d’OPUSCOR-IT)8.

Salle historique de la bibliothèque de l’Archiginnasio.
(Source : bimu.comune.bologna.it)

À l’Archiginnasio, en revanche, est conservé un exemplaire fort précieux issu de la plus ancienne édition du Reggimento nel tempo della peste du célèbre médecin et universitaire Baverio Maghinardo de Bonetti (1405 ou 1406-ca. 1480)9, parue à Bologne, sur les presses de Johann Schriber en 1478 (voir la notice ci-dessous) . Cet incunable est particulièrement remarquable aussi pour les décorations au stylo bleu et rouge qui agrémentent les premiers feuillets. 

Bologne, foyer de production des opuscules

L’ouvrage de Bonetti conservé à l’Archiginnasio fut également imprimé dans la ville émilienne, qui se distingue, alors au sein du corpus, non seulement en tant que haut lieu patrimonial mais aussi en tant que foyer de production des opuscules que nous étudions en deuxième position par rapport à Venise. La diffusion d’opuscules médico-scientifiques à Bologne est aussi en mettre en relation avec le profil universitaire de la ville10 et une tradition de médecins à l’esprit vulgarisateur dès le Moyen Âge, à commencer par le célèbre Taddeo Alderotti, dont est bien connu le régime de santé en vernaculaire qui lui est attribué, le Libello per conservare la sanità del corpo (1293 ou 1295). Les ouvrages de vulgarisaton sur les remèdes contre la peste d’un autre illustre médecin, Bonetti déjà cité, qui fut recteur Universitatis artistarum et medicorum Studii Bononiae en 1430, devaient rencontrer la faveur d’un public vernaculaire moyennement cultivé déjà familier des lectures sur le corps et la santé.

À Bologne sont parues des éditions des textes les plus significatifs de notre corpus, comme les Secreti de diversi et excellentissimi phisici de Luca da Rimini, un ouvrage imprimé en 1527 sur les presses de Giustiniano da Rubiera11. Il s’agit de la seule édition actuellement connue de ces recettes contre la peste et deux exemplaires ont survécu, tous deux à l’Archiginnasio (16.i.III.24 et 16.Q.V.30). On citera aussi le Dificio di ricette, un réceptaire à succès particulièrment répandu et ayant connu un grand succès en Europe, sous forme de traductions française12 et néerlandaise. La quasi-totalité des éditions connues fut imprimée à Venise, sauf pour deux éditions. D’une, conservée à la Wellcome Library, nous avons la certitude, grâce au colophon, qu’elle parut à Bologne, en 1537, chez Vincenzo Bonardo et Marcantonio Grossi, ad instantia de Francesco Leggieri13. Quant à l’autre édition, conservée à Paris, à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, et qui mentionne également Leggieri, plusieurs indices amènent à considérer qu’elle serait parue dans la ville émilienne chez Bonardo et Grossi, autour de la même année14. La Bibliothèque Sainte-Geneviève conserve également une copie d’une assez rare édition du Dificio dans une version abrégée que nous estimons possible qu’elle soit parue toujours à Bologne, sans doute en 1535 chez les mêmes imprimeurs, Bonardo et Grossi15

Des collectionneurs bolonais de renom : Ulisse Aldrovandi et Ubaldo Zanetti

Portrait anonyme d’Ubaldo Zanetti (vol. 167 de Miscellanea di ritratti, inv. Pn 19794 © Bologna, Pinacoteca nazionale, Gabinetto disegni e Stampe); image tirée de C. Solacini, “La raccolta di stampe di Ubaldo Zanetti (1698-1769)”, Il Carrobbio: rivista di studi bolognesi, 2012, p. 89-100

Une copie du Dificio di ricette, mais dans une édition vénitienne de 1537 sans nom d’imprimeur, est conservée à la Biblioteca Universitaria 16 et sur le contre-plat supérieur apparaissent les initiales « UZ » : il s’agit des initiales d’Ubaldo Zanetti, pharmacien et bibliophile bolonais encore peu étudié de nos jours, ayant vécu entre 1698 et 1769.

Grâce aux travaux de Rita De Tata17, nous pouvons mieux connaître sa vie et son activité d’inlassable collectionneur d’ouvrages scientifiques. Ses collections privées ont enrichi le patrimoine livresque de la Biblioteca Universitaria, en rejoignant le fonds d’un autre et bien plus célèbre érudit, qui figure lui assai parmi les possesseurs de renom du corpus d’OPUSCOR-IT : Ulisse Aldrovandi (1522-1605).

Agostino Carracci,
Portrait d’Ulisse Aldrovandi, 1584-1586, huile sur toile, 62×79 cm,
Bergame, Accademia Carrara

À l’illustre savant bolonais aux multiples intérêts (philosophie, sciences naturelles, médecine, minéralogie, etc.)18 et dont les riches collections (manuscrits, imprimés, xylographies, aquarelles) constituent l’un des volets les plus précieux du patrimoine historique de la Biblioteca Universitaria,  appartenait, par exemple, une copie de la seule édition actuellement connue de l’Utile consiglio preservativo et curativo della peste d’Andrea Turini (1473-1550), un conseil contre la peste paru sans doute à Rome, sur les presses de Marcello Silber, probablement avant 152719.


Cette rapide synthèse ne saurait restituer entièrement la rôle essentiel que joue Bologne au sein du projet OPUSCOR-IT. On aura néanmoins pu montrer dans quelle mesure la ville émilienne représente un point de convergence de différentes dynamiques, liées à la production, à la circulation et à la patrimonialisation des opuscules que nous étudions. Bologne permet ainsi de mieux appréhender la géographie d’un corpus dont les coordonnées sont parfois difficiles à déchiffrer dans leur ensemble.


Nous remercions de leur aimable assistance, lors de nos recherches à Bologne, les membres de l’équipe des Collections Spéciales de la Biblioteca Universitaria, Madame Stefania Filippi, Madame Giovanna Flamma et Madame Elisa Pederzoli . Nous remercions également pour son accueil et son assistance Madame Clara Maldini, responsable des manuscrits et des livres rares à la Biblioteca dell’Archiginnasio.


Deux notices descriptives d’opuscules conservés à Bologne

Cibaldone (ou Hystoria Almansore philosopho ou Libro terzo di Almansore)

Régime de santé en vers et en langue vénitienne, tiré du troisième livre de l’Almansor de Razès.

  • Données biblographico-matérielles : [Venezia] : Gabriele di Pietro, [1472-1476]. 2°. [14] f. Caractères romains (proches du Type 1:114R, TW-ID ma05205). Sig. : a-d8 e-g6. Empreinte : e.re e.ge xea. EfCo (C) 1476 (Q). Edition non illustrée.
  • Inc. : [q]uesta e uerace autentica doctrina/ Per be(n) de tutti: e senza alcu(n) errore/ Trata dal terzo libro dalmansore./ Le fiche fresche si son calde molto/ Enfiano il corpore qua(n)to so(n) megliori… Expl. : …Ne dopo il cibo mai messo intri/ Chi uolse ingrasar bene dopo il cibo/ Pur e meglio no(n) i(n)trar cossi scriuo.
  • Colophon : GABRIEL PETRIS IMPRstie.
  • 3 exemplaires : Bologna, Biblioteca Universitaria, A.V.B.XI.14 ; København, Det Kongelige Bibliotek, Inc. Haun., 3496 fol. Inkunabelsamlingen ; Vicenza, Biblioteca Bertoliana, G 4.4.21.
  • Références dans les catalogues d’imprimés : ISTC ir00171600 ; GW M38016 ; USTC 991584 ; IGI 2786 (& Tav. VIII) ; Klebs 825.1
    • Exemplaire conservé à Bologne :
      • Dimensions du volume : 23×32 cm. Reliure : fin XIXe-XXe s. Gardes : 2 feuilles de gardes modernes de chaque côté. Etat des feuillets : feuillets de dimensions inégales, papier fortement abîmé. Dimensions des feuillets : feuillet le plus intègre (f. [2]) 21,5×31,5 cm ; feuillet le plus abîmé (f. [14]) 20,5×31 cm. Justification  : 8×21 cm (texte sur une seule colonne). Filigrane : balance dans un cercle. 
      • Au f. [9r] : la signature « e » est quasiment illisible à cause d’un dégât matériel (trace d’humidité).
      • L’état de l’exemplaire est également lié à ses mauvaises conditions de conservation. Il a été retrouvé avec d’autres incunables dans un entrepôt de la Salle des manuscrits de la  Bibl. univ. de Bologne par Ludovico Frati (1855-1941), conservateur des manuscrits et bibliothécaire. L’exemplaire était contenu dans une enveloppe de carton avec des notices rédigées par Lodovico Montefani Caprara (1709-1785). Selon Frati l’exemplaire, ainsi que les autres imprimés retrouvés, aurait fait partie d’un recueil factice par la suite démembré. Cf. notice S. Minuzzi dans MEI
  • Références bibliographiques : W. Th. ElwertStudi di letteratura veneziana, Venezia, Istituto per la collaborazione culturale, 1954, p. 77-110 (« Libro tertio dello Almansore o vero Cibaldone [Il testo del primo Zibaldone] » ) ; L. Frati, « Rarissimi incunabuli ritrovati nella R. Biblioteca universitaria di Bologna », La Bibliofilia, 17 (1915/17) p.360-67 ; V. MadsenKatalog over Det Kongelige Biblioteks inkunabler. Vol. II (M-Z), Kobenhavn, Levin & Munksgaard, 1935-1938, 3496 ; S. Minuzzi, « 15th-Century Practical Medicine Print. Beyond the Profession, Towards the Miscere Utile Dulci », Nuncius, n° 36, 2021, p. 199-263 ; R. PiroL’Almansore. Volgarizzamento fiorentino del XIV secolo, Firenze, SISMEL Edizioni del Galluzzo, « Micrologus Library » 47 ; R. Piro, « Il lessico medico dalla prosa alla poesia : il terzo libro dell’Almansore e lo Cibaldone », in E. Cresti (éd.), Prospettivo nello studio del lessico italiano. Atti del IX Congresso SILFI, Firenze 14-17 giugno 2006, Firenze, Firenze University Press, 2006, p. 157-164.

Baverio Maghinardo de Bonetti (Baverius de Baveriis), Reggimento nel tempo della peste

Régime contre la peste

  • Titre complet : Regimento degno. et utilissimo commo il homo si debbe gubernare et preseruarse nel tempo de la peste. Composto per el famosissimo homo Maestro Baueera da Bologna.
  • Données bibliographico-matérielles : Bologna : Johann Schriber, 1478 (17 décembre). 4°. [10] f. Caractères gothiques (Typ. : 4:74G). Sig. : a6-b4 (dernier feuillet blanc perdu dans les exemplaires conservés à Bologne et à Paris). Illustr. : oui (seulement dans l’exemplaire conservé à Bologne, décorations au stylo bleu et rouge). Empreinte : doas a-te a-ro BoIm (C) 1478 (R) ; mais dans l’exemplaire conservé à Bologne les feuillets 4-6 sont intervertis.
  • Inc. : Regime(n)to degno. (et) utilissimo co(m)mo il homo debbe gubernare et preseruarse nel te(m)po de la peste. Composto p(er) el famosissimo homo Maestro Bauera da Bologna. Essendo nato lhomo no(n) solo p(er) utile di se seco(n)do che dice plato… Expl. : …Et rengracio lo altissimo creatore che l me habia dato gratia piu che no(n) merito in dare rimedio e riparo in questa egritudine crudelissima ad li poueri homini. 
  • Colophon : Impressum Bononie per Magistrus Joha(n)nes Schriuer. Impresores / Bononie a(n)no d(omi)ni. M°.CCCC°.Lxxviii°, die 17. decembris.
  • 3 exemplaires : Bologna, Biblioteca Comunale dell’Archiginnasio, 16. D.VI.55 ; Napoli, Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele III,  S.Q. 5. B77.1 ; Paris, Bibliothèque interuniversitaire de Santé (Médecine),  35176.
  • Références dans les catalogues : USTC 997047 ; ISTC ib00283500 ; GW 3740 ; Klebs 162.1 ; IGI 1424 ; Y. Fernillot et P. AquilonCatalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France. Volume XV, Genève, Droz, 2014, n° 61 ; D. ReichlingAppendices ad Hainii-Copingeri Repertorium Bibliographicum. Additiones et emendationes. 6 vols. & index. Monachii, 1905-11. (Supplement. Monasterii, 1914), 925.
    • Exemplaire conservé à Bologne :
    • Dimensions du volume : 14,5×20cm. Reliure : parchemin jaunâtre (XIXe s. ?) ; en haut à gauche, étiquette verte avec le n° 17; dos: en haut, étiquette avec la cote actuelle de la bibliothèque.  Gardes : 2 feuilles de garde modernes, respectivement supérieure et inférieure, en papier blanc. Nombre de feuillets : [9]= [10-1]. Le feuillet [10], blanc, est perdu. Dimensions des feuillets : 14,3×19,8 cm. Justification : 9×14,2 cm. Décoration : l’exemplaire est décoré au stylo bleu et rouge (lettrines, pieds-de-mouche etc.) : cf. l’exemplaire conservé à la BIU Santé Médecine, dont l’initiale au f. [1r] est restée blanche ainsi que les endroits censés être occupés par des pieds-de-mouche. Foliotation manuscrite : les f. 4-6 sont intervertis (ce qui bouleverse la disposition du texte). Un annotateur, conscient de l’erreur, a indiqué la foliotation correcte au crayon, en haut à droite sur les feuillets intervertis.
      • L’ouvrage est conservé sous forme d’opuscule isolé mais il provient sans doute d’un recueil factice, comme en témoigne un numéro de série inscrit par une main ancienne (XVIe ou XVIIe s.?), en haut à droite sur le f. [1r] : « VII ».
  • Références bibliographiques : L. MünsterBaverio Maghinardo de’ Bonetti medico imolese del Quattrocento. La vita, i tempi, il pensiero scientifico, Imola, 1956 (Atti dell’Associazione per Imolastorico-artistica, VII) ; U. Stefanutti, « Bonetti, Baverio Maghinardo de », in Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 11, 1969 [en ligne sur Treccani.it].
  1. Par exemple, la Biblioteca di Borgo Cavour de Trévise possède un exemplaire de la seule édition connue, sans doute du début du XVIe siècle, du réceptaire Colletta de molte nobilissime ricette ([Venezia] : s.n., s.d.). Le seul autre exemplaire  qui nous soit parvenu se trouve à plus de 6.000 km de distance de Trévise, aux États-Unis, à la National Library of Medicine de Bethesda. Les répertoires et catalogues en ligne ne font d’ailleurs pas le lien entre ces exemplaires : cf.USTC 762021 et EDIT16-CNCE 14875, de même pour les catalogues des bibliothèques détentrices, Biblioteche in PoloNational Library of Medicine. []
  2. Sur le phénomène des recueils factices voir les travaux du groupe de recherche international Sammelband 15-16, coordonné par Malcom Walsby []
  3. Le cas du corpus épistolaire de Giorgio Vasari, dont une partie significative a migré aux États-Unis, est particulièrement emblématique: cf. Michele Bellotti, « Disparitions et résurgences dans la conservation des textes épistolaires : le cas des lettres de Giorgio Vasari à la Morgan Library de New York », in C. A. Girotto (éd.), L’écriture épistolaire entre Renaissance et Âge baroque. Pratiques, enjeux, pistes de recherche, Sarnico (Bergamo), Edizioni di Archilet, 2021, p. 259-273 et en ligne : Archilet. Reti epistolari ; voir aussi le cas de la correspondance d’Annibal Caro, cf. Enrico GaravelliPer il carteggio di Annibal Caro. In margine a un inventario di autografi, in C. Carminati, P. Procaccioli, E. Russo, C. Viola (éds.), Archilet. Per uno studio delle corrispondenze letterarie di età moderna, Verona, Edizioni QuiEdit – CRES, 2016, p. 125-144. []
  4. Cf. Sonia Puccetti CarusoGli archivi delle istituzioni pubbliche nella Toscana dell’Ottocento. Guida alle fonti documentarie nell’Archivio di Stato di Firenze, Firenze, Fondazione Spadolini – Nuova Antologia – Le Monnier, 2006. []
  5. Nous nous proposons de creuser davantage ces questions dans une perspective comparatiste des différents corpus. Cf. les travaux du groupe de recherche international Diasporic Literary Archives Network, coordonné par l’Université de Reading ; voir aussi David C. Sutton, Ann Livingstone (éds), The Future of Literary Archives : Diasporic and Dispersed Collections at Risk, Leeds, Arc Humanities Press, 2018 ; cf. Kai Sina, Carlos Spoerhase (éds.), Nachlassbewusstsein. Literatur, Archiv, Philologie. 1750-2000, Göttingen, Wallstein Verlag, 2017 et aussi Louis Frank, Carina Fryklund (dir.) Giorgio Vasari. Le Livre des dessins. Destinées d’une collection mythique, Catalogue de l’exposition (Musée du Louvre, 31 mars-18 juillet 2022), Paris, Lienart-Louvre Éditions. []
  6. Rien d’étonnant, étant donné la prééminence de la ville lacustre dans le marché du livre et des éphémères tout particulièrement. []
  7. Les collections de Luigi Ferdinando Marsili (1658-1730), fondateur de l’Istituto delle Scienze en 1712, sont à l’origine de cette bibliothèque : cf. l’histoire de la bibliothèque sur bub.unibo.it. []
  8. L’opuscule en question est le seul de tout le corpus en format in-folio : ce qui peut suggérer qu’à l’ère des incunables le petit format n’était pas un choix obligé pour ce type de textes de large consommation []
  9. Dans plusieurs catalogues le nom de l’auteur est référencé dans sa forme latine (Baverius de Baveriis) ou italienne latinisante (Baverio Baveri). Sur ce médecin et professeur universitaire originaire d’Imola, auteur de nombreuses oeuvres en latin, dont on rappelle ses Consilia medicinalia parus à titre posthume en 1489, cf. sa notice biographique dans Ugo Stefanutti, « Bonetti, Baverio Maghinardo de », in Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 11, 1969 en ligne sur Treccani.it. []
  10. Cf. Paola Vecchi Galli, « La stampa a Bologna nel Rinascimento fra corte, università e città. Rassegna del libro di rime », in L. Balsamo, L. Quaquarelli (éds.), Sul libro bolognese del Rinascimento, Bologna, Clueb, 1994, p. 129-153. []
  11. Voir les notices sur EDIT16-CNCE 72885 et USTC 838708, qui ne signalent pourtant qu’un exemplaire. []
  12. Sur la traduction française cf. Geneviève Deblock (éd.), Le Bâtiment des recettes. Présentation et annotation de l’édition Jean Ruelle, 1560, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015. []
  13. London, Wellcome Library, EPB/A/4634; cf. USTC 820414. []
  14. Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, 8 T 1537 INV 4098 RES (P.1) ; édition absente des principaux catalogues d’imprimés. []
  15. Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, 8 T 1537 INV 4098 RES (P.2). L’encadrement gravé de la page de titre est très proche d’une autre gravure similaire, utilisée par Bonardo et Grossi en 1535 pour l’édition des Statuts synodaux de Bologne  []
  16. Bologna, Biblioteca Universitaria, A.5. Caps.79.13 ; cf. EDIT16-CNCE 39320 et USTC 802800. []
  17. Rita De TataAll’insegna della Fenice. Vita di Ubaldo Zanetti speziale e antiquario bolognese (1698- 1769), Bologna, Comune di Bologna, 2007 ; voir aussi Claudia Solacini, “La raccolta di stampe di Ubaldo Zanetti (1698-1769)”, Il Carrobbio: rivista di studi bolognesi, 2012, p. 89-100; de Rita De Tata on signale également sa récente étude sur le marché du livre bolonais Il commercio librario a Bologna tra XV e XVI secolo, Milano, Franco Angeli, 2021. []
  18. La bibliographie sur Aldrovandi est trop vaste pour être résumée ici. Nous signalerons uniquement le catalogue de la belle exposition sur Aldrovandi et les sciences à la Renaissance qui s’est tenue à Bologne, dans les locaux de Palazzo Poggi, du 8 décembre 2022 au 28 mai 2023: Giovanni Carrada (éd.), L’altro Rinascimento. Ulisse Aldrovandi e le meraviglie del mondo, Bologna, Bologna University Press, 2022. []
  19. Bologna, Biblioteca Universitaria, A.5.Tab.1.E.1.381/8. Cf. EDIT16-CNCE 77388 et USTC 764970. L’exemplaire de Bologne est contenu dans un recueil factice d’opuscules sur la peste. []

Un incunable du corpus d’OPUSCOR-IT à la BIU Santé (Pharmacie) de Paris

Dans le cadre du recensement du corpus, l’identification signalée dans le catalogue en ligne de la bibliothèque a pu être rectifiée.

Sous la cote RES 49603, la Bibliothèque interuniversitaire de Santé (Pharmacie) de Paris conserve bien un incunable et non pas une édition du XVIe siècle, comme on pouvait le lire dans le catalogue en ligne de la bibliothèque. Il s’agit d’un court ouvrage qui porte le nom d’Antonio Cermisone, médecin padouan vécu entre la seconde moitié du XIVe siècle et 1441, selon toute probabilité. Parmi ses œuvres, quasi exclusivement en latin, figurent aussi ces Ricette contro la pestilenza conservées à la BIU Santé, à savoir un court recueil – seulement 6 feuillets! – de recettes contre la peste, rédigées en vernaculaire italien. On ignore dans quelle mesure Cermisone en serait l’auteur réel ou présumé; l’ouvrage semble être une traduction anonyme, voire un remaniement ou une compilation de contenus tirés des œuvres latines du médecin padouan.

Trois éditions sont actuellement connues, dont deux incunables :

  • [Milano : Filippo da Lavagna, 1479-1480]. 8°. [6] f. 
  • [Milano : Christoph Valdafer, 1483-1484]. 4°. [6] f.
  • Milano : Ludovico Belochi, 1513 (21 avril). 4°. [4] f.

L’exemplaire conservé à la BIU Santé (Pharmacie) était jusqu’à présent signalé en ligne comme étant issu d’une édition milanaise de 1512, imprimée par Christoph Valdafer. Il s’agit bien, en réalité, d’une autre copie de la toute première édition incunable, sans doute parue à Milan sur les presses de Filippo da Lavagna entre 1479 et 1480.

Un autre exemplaire de cette édition nous est parvenu et se trouve à la Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele III de Naples, sous la cote S.Q. 5.B 77.2. La vérification des empreintes, parfaitement identiques dans les deux copies, celle de Naples et celle de Paris, a fourni une confirmation supplémentaire quant à leur dépendance de la même édition.

Deux catalogues ont correctement identifié l’exemplaire de la BIU Santé (Pharmacie) : Gesamkatalog der Wiegendrucke, qui, dans la même notice, recense également l’exemplaire conservé à Naples, et le volume XV des Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, par Yvonne Fernillot et Pierre Aquilon. En revanche, Klebs (Incunabula Scientifica et Medica), Incunabula Short Title Catalogue et Universal Short Title Catalogue signalent uniquement l’exemplaire de la Nazionale de Naples (voir infra pour les références bibliographiques complètes).

Par ailleurs, cet exemplaire “napolitain” fit l’objet, lui aussi, d’une attribution erronée aux presses de Christoph Valdafer, que l’on doit à Reichling1. Cette erreur fut dénoncée en 1925 par le bibliothécaire Mariano Fava, dans son catalogue des incunables de la bibliothèque napolitaine2

Giovanni Piancastelli, Portrait du Prince Marc Antoine Borghèse V, ca. 1880, huile sur toile, 90x 55 cm, coll. privée

Tous les catalogues recensent l’édition de Filippo da Lavagna comme in-4° alors qu’il s’agit d’in-8°, étant donné la position du filigrane, visible sur la marge supérieure à proximité du pli de la couture.

L’exemplaire conservé à la BIU Santé (Pharmacie) est enfin particulièrement remarquable en raison de sa provenance illustre: comme en témoigne son ex-libris, il appartenait au prince de Sulmona et Rossano Marc Antoine Borghèse V (Marcantonio Borghese, 1814-1866), éminente figure politique de la Rome de Pie IX et collectionneur bibliophile inlassable.


Nous remercions vivement pour sa précieuse assistance dans l’étude de cet incunable Mme Lucie Fléjou, responsable du département des collections de la BIU Santé/pôle pharmacie.


Notice descriptive de l’édition et de l’exemplaire de la BIU Santé (Pharmacie).

Antonio Cermisone  Ricette contro la pestilenza. [Milano : Filippo da Lavagna, 1479-1480].

  • Titre complet : Queste sono recepte facte quasi tute da Magistro Antonio cermisono contra la pestilentia.
    • Description bibliographico-matérielle : 8°. [6] f. Caractères : goth. (Typ. 6:92GR.), rom. (titres). Éd. non illustrée. Sig. : a6. Empreinte : e.no o.on dee- ueo. (C) 1479 (Q). Exemplaire non illustré.
      • Inc. : Queste sono recepte facte quasi tute da Magistro Antonio cermisono contra la pestilentia. COSSE PRESERVATIVE DA ESSE PESTILENTIE. Optima cossa e afugire presto da lo logo doue e la pestilentia et longe. et tornare tarde chil puo fare… Expl. : … (et) se de scaldare sopra uno quadrello affocato Bagnato de uino et cosi caldo se meta i(n) su lo loco del legno. LAVS DEO. AMEN.
  • 2 exemplaires connus :  NAPOLI, Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele III, S.Q. 5.B  77.2 ; PARIS, Bibliothèque interuniversitaire de Santé (Pharmacie), RES 49603.
    • Exemplaire conservé à Paris
      • Dimensions du volume : 18,5×13,7 cm. Reliure : carton, des motifs floraux sur fond d’or, du XVIIIe s. 2 feuilles de garde anciennes de chaque côté. Etat du papier : papier abîmé. Filigrane : position du filigrane (pétales de fleurs visibles) au f. [2], sur la marge supérieure, prés du pli de la couture. Dimensions des feuillets : 12,3×18,4cm. Justification : 9×13,6 cm. Annotations manuscrites : au f. [1r], des traces peu lisibles d’une annotation effacée dans la marge inférieure et les chiffes arabes 1, 2, 3 et 4, quasiment effacés,  inscrits en regard des paragraphes qui suivent le titre « Cosse preservative… » ; au f. [6v], resté blanc et qui est fort abîmé, des traces d’écriture. Transfert d’encre depuis un autre support : sur le verso de la garde inférieure une trace, visible en contrejour, d’un titre en italien, en lettres capitales « Dissertazione di… » (transfert d’encre depuis une autre feuille imprimée se trouvant à cet endroit et désormais perdue). Provenances : Marcantonio Borghese V (1814-1866), ex-libris « Libris M.A. Principis Burghesii » (cf. in Archivio dei possessori).
  • Références des principaux catalogues  : ISTC ic00404500 ; GW 06517 ; USTC 996073 ; IGI 2711 (=T.M. Guarnaschelli, E. Valenziani et al. [éd.], Indice generale degli incunaboli delle biblioteche d’Italia, 6 vols. Roma, 1943-81) ; Y. Fernillot, P. AquilonCatalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France. Volume XV, Genève, Droz, 2014, n° 81 ; A. C. Klebs, Incunabula Scientifica et Medica. Short Title List, Bruges, 1938, n° 264.1.
  • Bibliographie générale : A. Birken-Majer, « Antonio Cermisone über die Pest », Isis, 20 (1934), p. 440-51 ; F. Di Trocchio, « Cermisone, Antonio », Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 23, 1979 en ligne DBI ; A. GandaFilippo Cavagni da Lavagna : editore, tipografo, commerciante a Milano nel Quattrocento, Firenze, Olschki, 2006, EA26. ; F. Malgeri, « Borghese, Marcantonio », Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 12, 1971 en ligne DBI ; M. Nicoud, « Les conseils médicaux en langues vulgaires : recherches sur des formes de communication entre patients et praticiens », Romance Philology, 71.2 (2017), p. 523-562, aux p .529, 543. ; E. Wickersheimer, « Un portrait d’Antonio Cermisone, médecin padouan du XVe siècle », Bulletin de la Société française d’histoire de la medecine, 2 (1910), p. 278-283.

  1. Cf. D. Reichling, Appendices ad Hainii-Copingeri Repertorium Bibliographicum. Additiones et emendationes. 6 vols. & index. Monachii, 1905-11, Supplement. Monasterii, 1914, II 1565 []
  2. Fiche n° 932: cf.  Cataloghi Storici Digitalizzati dans Biblioteca Digitale Italiana []

Le projet OPUSCOR-IT a entamé sa phase 2: retour sur le premier volet de cette recherche en cours

Les partenaires du projet OPUSCOR-IT: Fondation des sciences du patrimoine, laboratoire Dynamiques patrimoniales et culturelles (DYPAC, UVSQ Paris-Saclay), Ecole nationale des chartes-PSL, Fondazione Palazzo Coronini Cronberg

Le projet de recherche OPUSCOR-ITOpuscules italiens des savoirs liés au corps (XVe-XVIe siècles) a entamé sa phase 2 depuis la fin de l’année 2023. La phase initiale (2022-2023) a été consacrée au recensement du corpus et s’est achevée avec l’organisation de deux journées d’étude. Plusieurs missions de recherche dans des institutions patrimoniales détentrices d’exemplaires du corpus ont été réalisées, ce qui a permis notamment de nouer des liens avec la Fondazione Palazzo Coronini Cronberg, qui depuis octobre 2023 est partenaire externe du projet. Voici une synthèse des problématiques étudiées jusqu’à présent et un premier bilan des travaux menés.

Des “ancêtres des livres de poche” utiles pour connaître et soigner son corps : le corpus et les problématiques du projet

Dificio di recette, Venezia, Giovanni Antonio Nicolini da Sabbio & fratres, 1529, f. F1v-F2r tirés de Wien, Österreichische Nationalbibliothek, BE.1.N.58.(7) (image en libre accès sur Digital ONB)

Le projet étudie un corpus d’opuscules vernaculaires italiens des XVe-XVIe siècles, relatifs aux « savoirs liés au corps ». Cette définition élargie permet de rendre compte de l’ensemble du système de savoirs médico-scientifiques hérité du Moyen Âge, de la médecine (hygiène, pharmacopée etc.) à ses disciplines auxiliaires, situées à la frontière entre les dimensions physique et psychologique, comme la physiognomonie et la chiromancie. Le corpus étudié est constitué de courts réceptaires, régimes de santé et contre la peste, textes, en vers ou en prose, de physiognomonie et de chiromancie, etc., tous publiés dans un format, celui de l’opuscule, que l’on peut considérer une sorte d’ancêtre du livre de poche.

Ces livrets se caractérisent avant tout par leur grande mobilité, dérivée de la souplesse de leur format, ainsi que par leurs coûts modérés et une consommation immédiate des contenus. D’apparence assez modeste, même si parfois agrémentés de quelques gravures pour mieux captiver les lecteurs (des gravures souvent “recyclées” d’autres ouvrages), ces petits in-4° ou in-8° mesurent en moyenne 20×13 cm et se composent d’un nombre limité de feuillets (de 4 à une trentaine)1.

Des ouvrages éphémères au service de la vulgarisation des sciences

Conçus dans un but éminemment pratique – la transmission immédiate de contenus technico-sicenifiques – et privés donc d’une conservation rigoureuse une fois qu’ils ont rempli leur fonction informative première, ces livrets appartiennent au vaste domaine des imprimés dits « éphémères » (opuscules, affiches, feuilles volantes, billets etc.)2.

Domenico di Bartolo, Les soins aux malades, ca. 1440-1441, fresque, Sienne, Santa Maria della Scala (détail) 

Leur succès est en rapport avec une demande d’accès autonome aux informations sur le corps et sur la santé, de plus en plus croissante, à l’aube de la modernité, chez des lectorats vernaculaires moyennement, voire peu cultivés. C’est l’une des manifestation de ce phénomène beaucoup plus vaste qu’est la vulgarisation des sciences, qui comporte, entre autres, une quête progressive de désintermédiation de la part du « patient-lecteur » face au savoir des spécialistes3.

L’Italie de la première modernité au coeur du projet

Des opuscules des savoirs liés au corps sont attestés dans la plupart des contextes géolinguistiques européens pour la période prise en compte. Les livrets étudiés par OPUSCOR-IT ont été imprimés, pour leur quasi-totalité4, en Italie et ils contiennent tous des textes en vernaculaire italien. Le contexte italien n’a pas été choisi seulement en raison de la spécialisation italianiste du porteur du projet, mais surtout parce que, avec son éclosion précoce de l’imprimerie, l’Italie permet d’observer l’origine de ces phénomènes avant leur plus large diffusion en Europe. OPUSCOR-IT pourrait ainsi servir de modèle pour des recherches similaires consacrées aux livrets du même genre en langues française, espagnole, allemande, etc.

Les termes chronologiques fixés pour la définition du corpus – des années 1470 à ca. 1543 – ont été choisis essentiellement pour leur valeur symbolique d’événements majeurs dans l’histoire de l’édition tout court (l’apparition des premiers incunables) et de l’édition médicale plus spécifiquement (1543, date de parution de la Fabrique de Vésale). La date limite est pourtant appréhendée avec grande souplesse : dès nos premières enquêtes, il a été évident que de nombreux opuscules médico-scientifiques ne cessent de paraître jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et même au-delà; ce qui pourra amener à élargir le corpus dans des phases ultérieures de la recherche.

Un corpus eméblématique de la patrimonialisation des éphémères

Ces livrets éphémères ont connu des dynamiques de patrimonialisation particulières, notamment en raison de leur fréquente inclusion dans des recueils factices. Cet aspect s’est imposé de plus en plus dès le début de nos enquêtes. L’intégration au sein d’un dispositif stable, tel le recueil, entraîne une révision profonde du statut bibliographique de ces livrets, instables par définition, car extrêmement mobiles et porteurs de textes visant un réemploi immédiat . C’est un processus de revalorisation a posteriori, qui, plus il est tardif, plus il tendra à se focaliser, en raison du goût et des intérêts des collectionneurs, sur des aspects (la rareté de l’édition, la singularité de ses gravures, du texte etc.) autres que la fonction initiale de l’opuscule, sa fonction de vulgarisation scientifique qui est désormais tombée en désuétude. De nombreux opuscules étudiés par OPUSCOR-IT ont été sauvés de l’oubli, dès le XVIsiècle,  grâce à leur mise en recueil par des collectionneurs, parfois des bibliophiles de renom comme Fernand Colomb (1488-1539), Ulisse Aldrovandi (1522-1605), Apostolo Zeno (1668-1750) ou Ubaldo Zanetti (1698-1769)5. D’autres opuscules, en revanche, sont conservés à l’état d’unité documentaire individuelle dans les fonds détenteurs : étant donné la souplesse de leur format, l’extraction et le prélèvement d’opuscules individuels a été un phénomène tout aussi fréquent.

La conséquence principale de la vaste circulation de ces livrets, dès leur parution dans le marché du livre et, par la suite, dans les chemins parfois aléatoires du collectionnisme, est leur dispersion actuelle dans les fonds patrimoniaux

Retour sur la phase 1 d’OPUSCOR-IT (2022-2023)

La phase 1 du projet a pu s’appuyer sur les acquis des recherches consacrées aux productions éphémères, toutes périodes et langues confondues, comme le projet numérique EDPOP: The European Dimensions of Popular Print, dirigé par Jeroen Salman (Université d’Utrecht), le projet PatrimEph, de l’Université de Cergy-Pontoise (AGORA, LDI) avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine. Des travaux dédiés spécifiquement aux éphémères médico-scientifiques sont rares à ce jour, surtout pour le domaine italien, mais nous avons pu compter sur les apports de la recherche en histoire de la médecine de ces dernières années (les travaux de Sandra Cavallo, Andrea Carlino, Marilyn Nicoud ou Sabrina Minuzzi, notamment sa base de données sur les herbiers MatMed-Readers)6. Les travaux menés par Sammelband 15-16, groupe de recherche international sur les recueils factices des XVe-XVIesiècles, coordonné par Malcom Walsby (Enssib de Lyon) ont été une source d’inspiration précieuse pour l’étude des nombreux opuscules contenus dans des recueils factices. 

Le recensement complexe d’un corpus “éclaté”

Localisation dans les fonds actuels des exemplaires du corpus d’OPUSCOR-IT
Localisation des exemplaires en Europe

Le corpus d’OPUSCOR-IT est partagé entre plusieurs collections publiques et privées à travers le monde. Les principaux pays détenteurs d’exemplaires du corpus sont : l’Afrique du Sud, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, les États-Unis, la France, l’Italie, la Pologne, le Royaume-Uni, la Russie. La plupart des exemplaires se concentrent en Italie, France, Espagne, Royaume-Uni et États-Unis.

Cette dissémination, qui n’est pas sans rappeler les dynamiques propres aux split collections ou diasporic archives7 , a constitué l’un des éléments de complexité les plus significatifs dans les opérations de recensement.

Le recensement du corpus fait état, à ce jour, de 45 textes, 123 éditions et 250 exemplaires. Ce bilan ne tient compte que des imprimés compris dans les limites chronologiques fixées, mais plusieurs opuscules postérieurs aux années 1540-1550 ou parus tout au long du XVIIe siècle ont été repérés et pourront ponctuellement être intégrés au corpus au cours de la phase 2. Des missions de terrain ont été accomplies pour étudier de près, sous l’angle matériel, les documents conservés dans les fonds les plus accessibles géographiquement ou les plus représentatifs en termes de richesse et de valeur documentaires. Parmi les fonds visités se distinguent particulièrement les fonds suivants8 :

  • Italie: Biblioteca Universitaria de Bologne, Fondazione Palazzo Coronini Cronberg de Gorizia, Biblioteca Nazionale Marciana et Fondazione Querini Stampalia de Venise, Biblioteca Comunale Giovanni Comisso Borgo Cavour de Trévise
  • France : Bibliothèque Sainte-Geneviève et Bibliothèque interuniversitaire de Santé de Paris
  • Espagne : Biblioteca Capitular y Colombina de Séville
  • Royaume-Uni : British Library et Wellcome Library de Londres

Les résultats de ce recensement seront partiellement diffusés sur ce carnet de recherche.

La phase 1 a conduit également à la rédaction d’un article scientifique d’envergure à paraître, consacré à un opuscule de chiromancie conservé par la Fondazione Palazzo Coronini Cronberg de Gorizia.

Les journées d’études organisées à l’École des chartes

Un bilan de la phase 1 a pu être dressé également dans le cadre des journées d’études Opuscules médico-scientifiques aux XVe-XVIe siècles (Paris, École nationale des chartes, 29-30 juin 2023), que nous avons organisées avec le soutien de la MSH Paris-Saclay et du DYPAC, en partenariat avec la Fondation des sciences du patrimoine et l’École des chartes. Grâce à l’intervention de chercheuses et chercheurs de différentes aires culturelles et de différentes disciplines (histoire du livre, histoire de l’art, histoire des sciences, littérature, etc.) la réflexion initiale d’OPUSCOR-IT a été ouverte aux contextes français, hispano-américain et néerlandais et aux questions relatives au rôle des gravures dans la conception des publications médico-scientifiques. 


La phase 2 du projet vient de débuter et parmi les perspectives de valorisation envisagées, outre la diffusion du catalogue du corpus, figure notamment la préparation d’une monographie qui présentera les résultats des enquêtes menées, avec une section anthologique réunissant des extraits tirés d’un choix limités de textes du corpus.

  1. Cette délimitation peut se discuter, certes, et nous l’avons appréhendée avec souplesse. Les conventions bibliographiques situent à ce jour la frontière entre le livre “proprement dit” et le “non-livre” (brochures, pamphlets, etc.) à 24 feuillets (cf. R. Escarpit, La Révolution du livre, Paris, UNESCO-PUF, 1969, p. 55). Différents facteurs d’ordre textuel ou éditorial empêchent pourtant d’exclure de notre corpus des opuscules plus épais, jusqu’à 30 voire 32 feuillets. Au delà de cette limite (40, 42 feuillets etc.), effectivement des questions se posent sur le réel statut de l’objet : opuscule épais? véritable livre ? La matérialité – épaisseur, dimensions, qualité du papier, etc. – peut fortement conditionner, on le sait, la réception du produit éditorial, notamment la perception de sa valeur intellectuelle (cf. B. Richardson, Printing, Writers and Readers in Renaissance Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 1999). Des implications terminologiques en dérivent aussi : comment désigner ces produits éditoriaux apparentés au livre, en ayant l’apparence, mais que leur matérialité ou l’usage éphémère de leur contenus situent en deçà du statut de liber? OPUSCOR-IT a adopté délibérément le terme  « opuscule », voire « livret », à l’instar des contemporains de ces ouvrages  : opuscoli, libretti, libriccinioperette en italien ; opusculeslivretspetits ouvrages en français, etc.. Nous évitons en revanche d’utiliser la définition pièces ou plaquettes gothiques, employée par des bibliophiles français du XIXe siècle, faisant allusion au caractère typographique le plus répandu dans les opuscules de langue française, le gothique. Cette appellation s’avère impropre pour le contexte italien qui nous intéresse, où, dès la fin du XVe siècle, paraissent plusieurs livrets en caractères romains ; cf. M. Pouspin, Publier la nouvelleLes pièces gothiques, histoire d’un nouveau média (XVe-XVIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 18-21. []
  2. Sur les éphémères on se limitera à rappeler G. Bucchi, P. Cosentino et G. Crimi (éds.), L’editoria popolare in Italia tra XVI e XVII secolo. Testi, collezioni, mestieri, Menziana (Roma), Vecchiarelli, 2019 ; M. Rospocher, J. Salman et S. Hannau, Crossing Borders, Crossing Cultures. Popular Print in Europe (1450-1900), Berlin-Boston, De Gruyter, 2019 ; R. Salzberg, Ephemeral City. Cheap Print and Urban Culture in Renaissance Venice, Manchester, Manchester University Press, 2014. []
  3. Voir au moins W. Crossgrove, « The Vernacularization of Science, Medicine, and Technology in Late Medieval Europe : Broadening our Perspectives », Early Science and Medicine, n° 5, 2000, p. 47-63 et L. Cifuentes i Commala, « La volgarizzazione della scienza alla fine del Medioevo : un modello interpretativo a partire dal caso del catalano », in N. Bray, L. Sturlese (éds.), Filosofia in volgare nel Medioevo. Atti del convegno della Società Italiana per lo Studio del Pensiero Medievale, Lecce, 27-29 settembre 2022, Louvain-la-Neuve, FIDEM, 2003, p. 247-263 []
  4. Pour l’instant un seul opuscule de notre corpus n’a pas été imprimé en Italie, mais à Cracovie: nous consacrerons un billet spécifique à cet ouvrage dans les mois à venir []
  5. Sur Zanetti en particulier, pharmacien et bibliophile bolonais encore trop mal connu de nos jours, voir Rita De Tata, All’insegna della Fenice. Vita di Ubaldo Zanetti speziale e antiquario bolognese (1698- 1769), Bologna, Comune di Bologna, 2007. []
  6. Voir S. Cavallo, « The Domestic Culture of Health », in J. Eibach et M. Lanzinger (éds.), The Routledge History of the Domestic Sphere in Europe. 16th to 19th Century, London, Routledge, 2020, p. 455-474 ; M. Conforti, A. Carlino et A. Clericuzio (éds.), Interpretare e curare. Medicina e salute nel Rinascimento, Roma, Carocci, 2013 ; M. Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale en Italie et en France (XIIIe-XVe siècle), 2 vol., Roma, École française de Rome, 2007 ; S. Minuzzi, « 15th-Century Practical Medicine Print. Beyond the Profession, Towards the Miscere Utile Dulci », Nuncius, n° 36, 2021, p. 199-263. []
  7. Voir les travaux du groupe de recherche international Diasporic Literary Archives Network, coordonné par l’Université de Reading : cf. D. C. Sutton et A. Livingstone (éds), The Future of Literary Archives : Diasporic and Dispersed Collections at Risk, Leeds, Arc Humanities Press, 2018. []
  8. Une partie des missions a bénéficié du soutien financier du laboratoire DYPAC et de la Graduate School Humanités-Sciences du Patrimoine de Paris-Saclay. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search