Le projet OPUSCOR-IT a entamé sa phase 2: retour sur le premier volet de cette recherche en cours

Les partenaires du projet OPUSCOR-IT: Fondation des sciences du patrimoine, laboratoire Dynamiques patrimoniales et culturelles (DYPAC, UVSQ Paris-Saclay), Ecole nationale des chartes-PSL, Fondazione Palazzo Coronini Cronberg

Le projet de recherche OPUSCOR-ITOpuscules italiens des savoirs liés au corps (XVe-XVIe siècles) a entamé sa phase 2 depuis la fin de l’année 2023. La phase initiale (2022-2023) a été consacrée au recensement du corpus et s’est achevée avec l’organisation de deux journées d’étude. Plusieurs missions de recherche dans des institutions patrimoniales détentrices d’exemplaires du corpus ont été réalisées, ce qui a permis notamment de nouer des liens avec la Fondazione Palazzo Coronini Cronberg, qui depuis octobre 2023 est partenaire externe du projet. Voici une synthèse des problématiques étudiées jusqu’à présent et un premier bilan des travaux menés.

Des “ancêtres des livres de poche” utiles pour connaître et soigner son corps : le corpus et les problématiques du projet

Dificio di recette, Venezia, Giovanni Antonio Nicolini da Sabbio & fratres, 1529, f. F1v-F2r tirés de Wien, Österreichische Nationalbibliothek, BE.1.N.58.(7) (image en libre accès sur Digital ONB)

Le projet étudie un corpus d’opuscules vernaculaires italiens des XVe-XVIe siècles, relatifs aux « savoirs liés au corps ». Cette définition élargie permet de rendre compte de l’ensemble du système de savoirs médico-scientifiques hérité du Moyen Âge, de la médecine (hygiène, pharmacopée etc.) à ses disciplines auxiliaires, situées à la frontière entre les dimensions physique et psychologique, comme la physiognomonie et la chiromancie. Le corpus étudié est constitué de courts réceptaires, régimes de santé et contre la peste, textes, en vers ou en prose, de physiognomonie et de chiromancie, etc., tous publiés dans un format, celui de l’opuscule, que l’on peut considérer une sorte d’ancêtre du livre de poche.

Ces livrets se caractérisent avant tout par leur grande mobilité, dérivée de la souplesse de leur format, ainsi que par leurs coûts modérés et une consommation immédiate des contenus. D’apparence assez modeste, même si parfois agrémentés de quelques gravures pour mieux captiver les lecteurs (des gravures souvent “recyclées” d’autres ouvrages), ces petits in-4° ou in-8° mesurent en moyenne 20×13 cm et se composent d’un nombre limité de feuillets (de 4 à une trentaine)1.

Des ouvrages éphémères au service de la vulgarisation des sciences

Conçus dans un but éminemment pratique – la transmission immédiate de contenus technico-sicenifiques – et privés donc d’une conservation rigoureuse une fois qu’ils ont rempli leur fonction informative première, ces livrets appartiennent au vaste domaine des imprimés dits « éphémères » (opuscules, affiches, feuilles volantes, billets etc.)2.

Domenico di Bartolo, Les soins aux malades, ca. 1440-1441, fresque, Sienne, Santa Maria della Scala (détail) 

Leur succès est en rapport avec une demande d’accès autonome aux informations sur le corps et sur la santé, de plus en plus croissante, à l’aube de la modernité, chez des lectorats vernaculaires moyennement, voire peu cultivés. C’est l’une des manifestation de ce phénomène beaucoup plus vaste qu’est la vulgarisation des sciences, qui comporte, entre autres, une quête progressive de désintermédiation de la part du « patient-lecteur » face au savoir des spécialistes3.

L’Italie de la première modernité au coeur du projet

Des opuscules des savoirs liés au corps sont attestés dans la plupart des contextes géolinguistiques européens pour la période prise en compte. Les livrets étudiés par OPUSCOR-IT ont été imprimés, pour leur quasi-totalité4, en Italie et ils contiennent tous des textes en vernaculaire italien. Le contexte italien n’a pas été choisi seulement en raison de la spécialisation italianiste du porteur du projet, mais surtout parce que, avec son éclosion précoce de l’imprimerie, l’Italie permet d’observer l’origine de ces phénomènes avant leur plus large diffusion en Europe. OPUSCOR-IT pourrait ainsi servir de modèle pour des recherches similaires consacrées aux livrets du même genre en langues française, espagnole, allemande, etc.

Les termes chronologiques fixés pour la définition du corpus – des années 1470 à ca. 1543 – ont été choisis essentiellement pour leur valeur symbolique d’événements majeurs dans l’histoire de l’édition tout court (l’apparition des premiers incunables) et de l’édition médicale plus spécifiquement (1543, date de parution de la Fabrique de Vésale). La date limite est pourtant appréhendée avec grande souplesse : dès nos premières enquêtes, il a été évident que de nombreux opuscules médico-scientifiques ne cessent de paraître jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et même au-delà; ce qui pourra amener à élargir le corpus dans des phases ultérieures de la recherche.

Un corpus eméblématique de la patrimonialisation des éphémères

Ces livrets éphémères ont connu des dynamiques de patrimonialisation particulières, notamment en raison de leur fréquente inclusion dans des recueils factices. Cet aspect s’est imposé de plus en plus dès le début de nos enquêtes. L’intégration au sein d’un dispositif stable, tel le recueil, entraîne une révision profonde du statut bibliographique de ces livrets, instables par définition, car extrêmement mobiles et porteurs de textes visant un réemploi immédiat . C’est un processus de revalorisation a posteriori, qui, plus il est tardif, plus il tendra à se focaliser, en raison du goût et des intérêts des collectionneurs, sur des aspects (la rareté de l’édition, la singularité de ses gravures, du texte etc.) autres que la fonction initiale de l’opuscule, sa fonction de vulgarisation scientifique qui est désormais tombée en désuétude. De nombreux opuscules étudiés par OPUSCOR-IT ont été sauvés de l’oubli, dès le XVIsiècle,  grâce à leur mise en recueil par des collectionneurs, parfois des bibliophiles de renom comme Fernand Colomb (1488-1539), Ulisse Aldrovandi (1522-1605), Apostolo Zeno (1668-1750) ou Ubaldo Zanetti (1698-1769)5. D’autres opuscules, en revanche, sont conservés à l’état d’unité documentaire individuelle dans les fonds détenteurs : étant donné la souplesse de leur format, l’extraction et le prélèvement d’opuscules individuels a été un phénomène tout aussi fréquent.

La conséquence principale de la vaste circulation de ces livrets, dès leur parution dans le marché du livre et, par la suite, dans les chemins parfois aléatoires du collectionnisme, est leur dispersion actuelle dans les fonds patrimoniaux

Retour sur la phase 1 d’OPUSCOR-IT (2022-2023)

La phase 1 du projet a pu s’appuyer sur les acquis des recherches consacrées aux productions éphémères, toutes périodes et langues confondues, comme le projet numérique EDPOP: The European Dimensions of Popular Print, dirigé par Jeroen Salman (Université d’Utrecht), le projet PatrimEph, de l’Université de Cergy-Pontoise (AGORA, LDI) avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine. Des travaux dédiés spécifiquement aux éphémères médico-scientifiques sont rares à ce jour, surtout pour le domaine italien, mais nous avons pu compter sur les apports de la recherche en histoire de la médecine de ces dernières années (les travaux de Sandra Cavallo, Andrea Carlino, Marilyn Nicoud ou Sabrina Minuzzi, notamment sa base de données sur les herbiers MatMed-Readers)6. Les travaux menés par Sammelband 15-16, groupe de recherche international sur les recueils factices des XVe-XVIesiècles, coordonné par Malcom Walsby (Enssib de Lyon) ont été une source d’inspiration précieuse pour l’étude des nombreux opuscules contenus dans des recueils factices. 

Le recensement complexe d’un corpus “éclaté”

Localisation dans les fonds actuels des exemplaires du corpus d’OPUSCOR-IT
Localisation des exemplaires en Europe

Le corpus d’OPUSCOR-IT est partagé entre plusieurs collections publiques et privées à travers le monde. Les principaux pays détenteurs d’exemplaires du corpus sont : l’Afrique du Sud, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, les États-Unis, la France, l’Italie, la Pologne, le Royaume-Uni, la Russie. La plupart des exemplaires se concentrent en Italie, France, Espagne, Royaume-Uni et États-Unis.

Cette dissémination, qui n’est pas sans rappeler les dynamiques propres aux split collections ou diasporic archives7 , a constitué l’un des éléments de complexité les plus significatifs dans les opérations de recensement.

Le recensement du corpus fait état, à ce jour, de 45 textes, 123 éditions et 250 exemplaires. Ce bilan ne tient compte que des imprimés compris dans les limites chronologiques fixées, mais plusieurs opuscules postérieurs aux années 1540-1550 ou parus tout au long du XVIIe siècle ont été repérés et pourront ponctuellement être intégrés au corpus au cours de la phase 2. Des missions de terrain ont été accomplies pour étudier de près, sous l’angle matériel, les documents conservés dans les fonds les plus accessibles géographiquement ou les plus représentatifs en termes de richesse et de valeur documentaires. Parmi les fonds visités se distinguent particulièrement les fonds suivants8 :

  • Italie: Biblioteca Universitaria de Bologne, Fondazione Palazzo Coronini Cronberg de Gorizia, Biblioteca Nazionale Marciana et Fondazione Querini Stampalia de Venise, Biblioteca Comunale Giovanni Comisso Borgo Cavour de Trévise
  • France : Bibliothèque Sainte-Geneviève et Bibliothèque interuniversitaire de Santé de Paris
  • Espagne : Biblioteca Capitular y Colombina de Séville
  • Royaume-Uni : British Library et Wellcome Library de Londres

Les résultats de ce recensement seront partiellement diffusés sur ce carnet de recherche.

La phase 1 a conduit également à la rédaction d’un article scientifique d’envergure à paraître, consacré à un opuscule de chiromancie conservé par la Fondazione Palazzo Coronini Cronberg de Gorizia.

Les journées d’études organisées à l’École des chartes

Un bilan de la phase 1 a pu être dressé également dans le cadre des journées d’études Opuscules médico-scientifiques aux XVe-XVIe siècles (Paris, École nationale des chartes, 29-30 juin 2023), que nous avons organisées avec le soutien de la MSH Paris-Saclay et du DYPAC, en partenariat avec la Fondation des sciences du patrimoine et l’École des chartes. Grâce à l’intervention de chercheuses et chercheurs de différentes aires culturelles et de différentes disciplines (histoire du livre, histoire de l’art, histoire des sciences, littérature, etc.) la réflexion initiale d’OPUSCOR-IT a été ouverte aux contextes français, hispano-américain et néerlandais et aux questions relatives au rôle des gravures dans la conception des publications médico-scientifiques. 


La phase 2 du projet vient de débuter et parmi les perspectives de valorisation envisagées, outre la diffusion du catalogue du corpus, figure notamment la préparation d’une monographie qui présentera les résultats des enquêtes menées, avec une section anthologique réunissant des extraits tirés d’un choix limités de textes du corpus.

  1. Cette délimitation peut se discuter, certes, et nous l’avons appréhendée avec souplesse. Les conventions bibliographiques situent à ce jour la frontière entre le livre “proprement dit” et le “non-livre” (brochures, pamphlets, etc.) à 24 feuillets (cf. R. Escarpit, La Révolution du livre, Paris, UNESCO-PUF, 1969, p. 55). Différents facteurs d’ordre textuel ou éditorial empêchent pourtant d’exclure de notre corpus des opuscules plus épais, jusqu’à 30 voire 32 feuillets. Au delà de cette limite (40, 42 feuillets etc.), effectivement des questions se posent sur le réel statut de l’objet : opuscule épais? véritable livre ? La matérialité – épaisseur, dimensions, qualité du papier, etc. – peut fortement conditionner, on le sait, la réception du produit éditorial, notamment la perception de sa valeur intellectuelle (cf. B. Richardson, Printing, Writers and Readers in Renaissance Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 1999). Des implications terminologiques en dérivent aussi : comment désigner ces produits éditoriaux apparentés au livre, en ayant l’apparence, mais que leur matérialité ou l’usage éphémère de leur contenus situent en deçà du statut de liber? OPUSCOR-IT a adopté délibérément le terme  « opuscule », voire « livret », à l’instar des contemporains de ces ouvrages  : opuscoli, libretti, libriccinioperette en italien ; opusculeslivretspetits ouvrages en français, etc.. Nous évitons en revanche d’utiliser la définition pièces ou plaquettes gothiques, employée par des bibliophiles français du XIXe siècle, faisant allusion au caractère typographique le plus répandu dans les opuscules de langue française, le gothique. Cette appellation s’avère impropre pour le contexte italien qui nous intéresse, où, dès la fin du XVe siècle, paraissent plusieurs livrets en caractères romains ; cf. M. Pouspin, Publier la nouvelleLes pièces gothiques, histoire d’un nouveau média (XVe-XVIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 18-21. []
  2. Sur les éphémères on se limitera à rappeler G. Bucchi, P. Cosentino et G. Crimi (éds.), L’editoria popolare in Italia tra XVI e XVII secolo. Testi, collezioni, mestieri, Menziana (Roma), Vecchiarelli, 2019 ; M. Rospocher, J. Salman et S. Hannau, Crossing Borders, Crossing Cultures. Popular Print in Europe (1450-1900), Berlin-Boston, De Gruyter, 2019 ; R. Salzberg, Ephemeral City. Cheap Print and Urban Culture in Renaissance Venice, Manchester, Manchester University Press, 2014. []
  3. Voir au moins W. Crossgrove, « The Vernacularization of Science, Medicine, and Technology in Late Medieval Europe : Broadening our Perspectives », Early Science and Medicine, n° 5, 2000, p. 47-63 et L. Cifuentes i Commala, « La volgarizzazione della scienza alla fine del Medioevo : un modello interpretativo a partire dal caso del catalano », in N. Bray, L. Sturlese (éds.), Filosofia in volgare nel Medioevo. Atti del convegno della Società Italiana per lo Studio del Pensiero Medievale, Lecce, 27-29 settembre 2022, Louvain-la-Neuve, FIDEM, 2003, p. 247-263 []
  4. Pour l’instant un seul opuscule de notre corpus n’a pas été imprimé en Italie, mais à Cracovie: nous consacrerons un billet spécifique à cet ouvrage dans les mois à venir []
  5. Sur Zanetti en particulier, pharmacien et bibliophile bolonais encore trop mal connu de nos jours, voir Rita De Tata, All’insegna della Fenice. Vita di Ubaldo Zanetti speziale e antiquario bolognese (1698- 1769), Bologna, Comune di Bologna, 2007. []
  6. Voir S. Cavallo, « The Domestic Culture of Health », in J. Eibach et M. Lanzinger (éds.), The Routledge History of the Domestic Sphere in Europe. 16th to 19th Century, London, Routledge, 2020, p. 455-474 ; M. Conforti, A. Carlino et A. Clericuzio (éds.), Interpretare e curare. Medicina e salute nel Rinascimento, Roma, Carocci, 2013 ; M. Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale en Italie et en France (XIIIe-XVe siècle), 2 vol., Roma, École française de Rome, 2007 ; S. Minuzzi, « 15th-Century Practical Medicine Print. Beyond the Profession, Towards the Miscere Utile Dulci », Nuncius, n° 36, 2021, p. 199-263. []
  7. Voir les travaux du groupe de recherche international Diasporic Literary Archives Network, coordonné par l’Université de Reading : cf. D. C. Sutton et A. Livingstone (éds), The Future of Literary Archives : Diasporic and Dispersed Collections at Risk, Leeds, Arc Humanities Press, 2018. []
  8. Une partie des missions a bénéficié du soutien financier du laboratoire DYPAC et de la Graduate School Humanités-Sciences du Patrimoine de Paris-Saclay. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Michele Bellotti (24 janvier 2024). Le projet OPUSCOR-IT a entamé sa phase 2: retour sur le premier volet de cette recherche en cours. OPUSCOR-IT. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://opuscor.hypotheses.org/135


Une réponse sur “Le projet OPUSCOR-IT a entamé sa phase 2: retour sur le premier volet de cette recherche en cours”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search